Le mapping objet / relationnel n'est pas une technique nouvelle. Les premiers efforts en ce sens datent de la fin des années 1990, avec l'API EJB Entity 1.0. Cette API n'a pas rencontré le succès, probablement du fait qu'elle n'apportait pas de solution complète à la problématique posée. Sa lourdeur et ses mauvaises performances ne l'ont pas non plus aidée, et elle est rapidement tombée en obsolescence.

Quelques projets propriétaires ont également fait leur apparition à cette époque, notamment Toplink, qui existe toujours sont le nom d'EclipseLink. Toplink, à l'origine indépendant, a été tout d'abord racheté par BEA, puis pas Oracle, pour en devenir l'outil de mapping objet / relationnel.

Au début des années 2000, constatant l'échec des EJB Entity, une nouvelle API voit le jour : JDO (Java Data Object). L'API est publique, mais sans implémentation de référence gratuite. Plusieurs produits commerciaux permettent de l'utiliser, citons ici le français LiDo, et l'américain Kodo. JDO existe toujours (une version 3.0 est annoncée), mais ne fait pas partie du package JEE.

C'est également à cette époque qu'Hibernate apparaît, indépendamment de JDO et de tout processus de standardisation Java. Le fait qu'il soit le seul produit open source et gratuit de qualité industrielle sur le marché du mapping objet / relationnel, lui assure immédiatement un succès immense, et en fait en quelques années un standard de fait.

Devant ce succès, Sun décide de créer un nouveau standard JEE : JPA (Java Persistent API). JPA aura pour implémentation de référence une version gratuite de Toplink : Toplink Essentials. Oracle donne les fonctions de base de Toplink à la fondation Apache, tout en en conservant certaines parties, vendues sous licence payante. Rapidement, Oracle finira par donner l'ensemble de Toplink à la fondation Eclipse, sous le nom EclipseLink. Il s'agit toujours de l'implémentation de référence de JPA.

Bien qu'étant à l'origine du standard JPA, Hibernate n'en est pas l'implémentation de référence. Hibernate propose le support de JPA en v1 et v2, et reste massivement utilisé aujourd'hui.

Il existe actuellement trois implémentations principales de JPA :

  • EclipseLink, l'implémentation de référence ;

  • Hibernate, projet porté par JBoss, appartenant à RedHat ;

  • OpenJPA, projet de la fondation Apache.

JPA & EJB
Retour au blog Java le soir
Cours & Tutoriaux

Table des matières

Introduction
1. Objet du mapping objet / relationnel
2. Un peu d'histoire
Un premier exemple
1. Introduction
2. Création de l'environnement technique
2.1. Introduction
2.2. Création de la base Derby
2.3. Création du projet NetBeans et d'une première entité
2.4. Structure d'un projet persistant
2.5. Une première classe persistante
2.6. Un premier fichier persistence.xml
3. Utilisation de ce premier exemple
3.1. Écriture du code d'utilisation
3.2. Exécution de notre premier exemple
3.3. Modification de la class Marin
3.4. Opérations CRUD
Mettre un jeu de classes en base
1. Introduction
2. Définition d'une entité JPA
2.1. Écriture de l'entité
2.2. Annotation de l'entité
2.3. Annotations des champs
2.4. Exemple d'utilisation
3. Opérations sur les entités
3.1. Introduction
3.2. Opération PERSIST
3.3. Opération REMOVE
3.4. Opération REFRESH
3.5. Opération DETACH
3.6. Opération MERGE
4. Mise en relation d'entités
4.1. Introduction
4.2. Relations unidirectionnelles et bidirectionnelles
4.3. Relation 1:1
4.4. Relation 1:p
4.5. Relation p:1
4.6. Relation n:p
4.7. Comportement cascade
4.8. Effacement des entités orphelines
5. Charger des entités et leurs relations
6. Objets inclus
6.1. Introduction
6.2. Déclaration d'un objet inclus
6.3. Utilisation d'objets inclus
6.4. Cas où l'objet inclus est nul
6.5. Renommer les colonnes incluses
6.6. Collections d'objets inclus
L'API Collection en base
1. Introduction
2. Enregistrer une collection d'entités
2.1. Enregistrement d'une collection simple
2.2. Enregistrement d'un Set
2.3. Enregistrement d'une List
3. Enregistrer une collection de types de base
4. Enregistrement d'une Map
4.1. Table de hachage de type (type de base, entité)
4.2. Cas où la clé est un champ de la valeur
4.3. Cas d'une table (entité, entité)
Héritage
1. Introduction
2. Enregistrement d'une hiérarchie de classes
2.1. Entité et super-classe non enregistrée
2.2. Position du problème
2.3. Trois façons de faire
3. Stratégie SINGLE_TABLE
3.1. Fonctionnement
3.2. Mise en place
3.3. Limitations
4. Stratégie JOINED
4.1. Fonctionnement
4.2. Mise en place
4.3. Limitations
5. Stratégie TABLE_PER_CLASS
5.1. Fonctionnement
5.2. Mise en place
5.3. Limitations
Requêtes
1. Introduction
2. Un premier exemple
2.1. Écriture d'une première requête
2.2. Exécution d'une première requête
2.3. Exécution d'une première requête d'agrégation
3. Définition de requêtes
3.1. Requêtes dynamiques
3.2. Requêtes paramétrées
3.3. Requêtes nommées
3.4. Requêtes natives
4. Exécution, analyse du résultat
4.1. Exécution d'une requête dynamique
4.2. Exécution d'une requête nommée
4.3. Analyse du résultat
4.4. Cas des résultats de grande taille
4.5. Remarques
5. Clause From
5.1. Définition des entités
5.2. Jointures dans la clause From
5.3. Remarque finale sur les jointures en JPQL
6. Clause Where
6.1. Variables et chemins dans une clause where
6.2. Expressions conditionnelles et opérateurs
6.3. Requêtes imbriquées
6.4. Opérateurs any, all et some
6.5. Expressions fonctionnelles
7. Clauses Group By et Having
8. Opérations Update et Delete
EJB
1. Introduction
2. Un premier exemple
2.1. Introduction
2.2. Installation dans Glassfish à l'aide de Netbeans
2.3. Création d'un premier EJB
2.4. Déploiement de notre premier EJB
2.5. Création d'un client
3. Mise en oeuvre du pattern session facade
3.1. Introduction
3.2. Modèle objet
3.3. Définition de l'unité de persistance
3.4. Assemblage de notre application
3.5. Assemblage et déploiement
3.6. Utilisation du client
4. Opération de persistance en façade
4.1. Introduction
4.2. Enrichissement du service
4.3. Création de la méthode findMarinById(long)
4.4. Ajout de la méthode findAllMarins()
4.5. Utilisation dans un code client
5. Types d'EJB
5.1. Introduction
5.2. Qu'est-ce qu'un EJB ?
5.3. Écriture d'un EJB session
5.4. Qu'est-ce qu'une méthode métier ?
5.5. EJB avec ou sans état
5.6. Gestion des transactions
5.7. Restrictions
6. Cycle de vie d'un EJB
6.1. Cas des EJB sans état
6.2. Cas des EJB avec état
6.3. Injection de dépendances
7. Transaction gérée par l'EJB
7.1. Introduction
7.2. Déclaration du mode transactionnel
7.3. Gestion de la transaction
7.4. Fonctionnement de la transaction
7.5. Cas des EJB avec état
8. Transaction gérée par le serveur
8.1. Introduction
8.2. Déclaration du mode transactionnel
8.3. Gestion de la transaction
8.4. Fonctionnement de la transaction
8.5. Remarques
9. Intercepteurs
9.1. Introduction
9.2. Aperçu général
9.3. Cycle de vie d'un intercepteur
9.4. Object InvocationContext
9.5. Interception d'un EJB ou d'une méthode métier
9.6. Exemple de mise en œuvre d'un intercepteur