À première vue, on pourrait se demander à quoi peut bien servir la définition des opérations update et delete en JPQL, sachant que toute modification d'une entité JPA dans une transaction entraîne une modification de la base, et que l'on dispose d'une méthode remove() sur la classe EntityManager qui efface un objet.

La réponse tient en un seul mot : performance . Il est toujours plus rapide de lancer une requête delete from Marin qui efface le contenu d'une table entière que de boucler sur des centaines d'entités qui vont être effacées une par une. Il en va de même pour les mises à jour.

À tel point que la spécification JPA parle de bulk update et de bulk delete pour ces opérations : il s'agit d'opérations massives, qui n'ont de sens que si elles agissent sur des volumes de données importants.

L' update et le delete ne peuvent agir que sur une seule classe à la fois. L'opération d'effacement ne se transmet pas aux entités en relation, quelles que soient les stratégies de type cascade précisées dans les annotations de ces relations.

Il est à noter que ces opérations agissent directement sur la base, sans tenir compte de la gestion des verrous (verouillage optimiste). La colonne technique qui porte la version de la dernière modification n'est pas gérée par ces opérations. Elle doit donc être gérée à la main. Le cache associé à l' entity manager n'est pas mis à jour par ces opérations.

Il faut donc être très prudent lorsque l'on utilise de telles mises à jour ou effacements massifs. Le mieux est de ne faire aucune opération unitaire sur des entités en base, et de réserver la transaction utilisée aux mises à jour massives. Si des opérations unitaires (modification ou effacement d'entités prises une par une) doivent être faites, alors elles doivent l'être avant le lancement des opérations massives d'effacement et de mises à jour.

JPA & EJB
Retour au blog Java le soir
Cours & Tutoriaux

Table des matières

Introduction
1. Objet du mapping objet / relationnel
2. Un peu d'histoire
Un premier exemple
1. Introduction
2. Création de l'environnement technique
2.1. Introduction
2.2. Création de la base Derby
2.3. Création du projet NetBeans et d'une première entité
2.4. Structure d'un projet persistant
2.5. Une première classe persistante
2.6. Un premier fichier persistence.xml
3. Utilisation de ce premier exemple
3.1. Écriture du code d'utilisation
3.2. Exécution de notre premier exemple
3.3. Modification de la class Marin
3.4. Opérations CRUD
Mettre un jeu de classes en base
1. Introduction
2. Définition d'une entité JPA
2.1. Écriture de l'entité
2.2. Annotation de l'entité
2.3. Annotations des champs
2.4. Exemple d'utilisation
3. Opérations sur les entités
3.1. Introduction
3.2. Opération PERSIST
3.3. Opération REMOVE
3.4. Opération REFRESH
3.5. Opération DETACH
3.6. Opération MERGE
4. Mise en relation d'entités
4.1. Introduction
4.2. Relations unidirectionnelles et bidirectionnelles
4.3. Relation 1:1
4.4. Relation 1:p
4.5. Relation p:1
4.6. Relation n:p
4.7. Comportement cascade
4.8. Effacement des entités orphelines
5. Charger des entités et leurs relations
6. Objets inclus
6.1. Introduction
6.2. Déclaration d'un objet inclus
6.3. Utilisation d'objets inclus
6.4. Cas où l'objet inclus est nul
6.5. Renommer les colonnes incluses
6.6. Collections d'objets inclus
L'API Collection en base
1. Introduction
2. Enregistrer une collection d'entités
2.1. Enregistrement d'une collection simple
2.2. Enregistrement d'un Set
2.3. Enregistrement d'une List
3. Enregistrer une collection de types de base
4. Enregistrement d'une Map
4.1. Table de hachage de type (type de base, entité)
4.2. Cas où la clé est un champ de la valeur
4.3. Cas d'une table (entité, entité)
Héritage
1. Introduction
2. Enregistrement d'une hiérarchie de classes
2.1. Entité et super-classe non enregistrée
2.2. Position du problème
2.3. Trois façons de faire
3. Stratégie SINGLE_TABLE
3.1. Fonctionnement
3.2. Mise en place
3.3. Limitations
4. Stratégie JOINED
4.1. Fonctionnement
4.2. Mise en place
4.3. Limitations
5. Stratégie TABLE_PER_CLASS
5.1. Fonctionnement
5.2. Mise en place
5.3. Limitations
Requêtes
1. Introduction
2. Un premier exemple
2.1. Écriture d'une première requête
2.2. Exécution d'une première requête
2.3. Exécution d'une première requête d'agrégation
3. Définition de requêtes
3.1. Requêtes dynamiques
3.2. Requêtes paramétrées
3.3. Requêtes nommées
3.4. Requêtes natives
4. Exécution, analyse du résultat
4.1. Exécution d'une requête dynamique
4.2. Exécution d'une requête nommée
4.3. Analyse du résultat
4.4. Cas des résultats de grande taille
4.5. Remarques
5. Clause From
5.1. Définition des entités
5.2. Jointures dans la clause From
5.3. Remarque finale sur les jointures en JPQL
6. Clause Where
6.1. Variables et chemins dans une clause where
6.2. Expressions conditionnelles et opérateurs
6.3. Requêtes imbriquées
6.4. Opérateurs any, all et some
6.5. Expressions fonctionnelles
7. Clauses Group By et Having
8. Opérations Update et Delete
EJB
1. Introduction
2. Un premier exemple
2.1. Introduction
2.2. Installation dans Glassfish à l'aide de Netbeans
2.3. Création d'un premier EJB
2.4. Déploiement de notre premier EJB
2.5. Création d'un client
3. Mise en oeuvre du pattern session facade
3.1. Introduction
3.2. Modèle objet
3.3. Définition de l'unité de persistance
3.4. Assemblage de notre application
3.5. Assemblage et déploiement
3.6. Utilisation du client
4. Opération de persistance en façade
4.1. Introduction
4.2. Enrichissement du service
4.3. Création de la méthode findMarinById(long)
4.4. Ajout de la méthode findAllMarins()
4.5. Utilisation dans un code client
5. Types d'EJB
5.1. Introduction
5.2. Qu'est-ce qu'un EJB ?
5.3. Écriture d'un EJB session
5.4. Qu'est-ce qu'une méthode métier ?
5.5. EJB avec ou sans état
5.6. Gestion des transactions
5.7. Restrictions
6. Cycle de vie d'un EJB
6.1. Cas des EJB sans état
6.2. Cas des EJB avec état
6.3. Injection de dépendances
7. Transaction gérée par l'EJB
7.1. Introduction
7.2. Déclaration du mode transactionnel
7.3. Gestion de la transaction
7.4. Fonctionnement de la transaction
7.5. Cas des EJB avec état
8. Transaction gérée par le serveur
8.1. Introduction
8.2. Déclaration du mode transactionnel
8.3. Gestion de la transaction
8.4. Fonctionnement de la transaction
8.5. Remarques
9. Intercepteurs
9.1. Introduction
9.2. Aperçu général
9.3. Cycle de vie d'un intercepteur
9.4. Object InvocationContext
9.5. Interception d'un EJB ou d'une méthode métier
9.6. Exemple de mise en œuvre d'un intercepteur